Un tambour chamanique…végan ?

Un tambour chamanique…végan ?

Un tambour chamanique végan ?… Et pourquoi pas !?

Les tambours végan, sont dits végan car ils sont constitués de matières premières d’origine non-animale, c’est à dire non issues des animaux ou de leur exploitation.

Ces tambours relativement récents – (quoique ils sont utilisés par les tradipraticiens de certains ethnies depuis plusieurs décennies – mais leur design est très différent de ceux que je fabrique ou que l’on trouve dans le commerce actuellement) – sont constitués d’une toile ou d’une matière synthétique ou végétale, tendue sur un cadre et produisent un son étonnement profond. En cela, ils sont plus proches de l’instrument de musique que du tambour rituel…

Et c’est en partie vrai, car pour la plupart des peuples utilisant le tambour rituel, ce dernier est traditionnellement constitué d’une peau d’animal consacrée à cette fin. Le tambour devient alors un vecteur de la connexion avec certaines énergies (esprits animaux ou autres) et dimensions pour le praticien. C’est en cela qu’il est prêté un certain « pouvoir » à la peau de l’animal.

Cependant notre monde change, évolue et les traditions avec, et tout un chacun n’est pas forcément à l’aise ou d’accord avec l’idée d’utiliser une peau animale. Ce qui n’empêche pas de se sentir appelé par la connexion avec certaines énergies ou dimensions…

Alors, bien sûr je ne suis pas en mesure de fournir d’étude sur le sujet, mais mon expérience si !

J’ai testé mes tambours végan dans diverses conditions et je confirme qu’Ils peuvent tout à fait être utilisés comme les tambours en peau animale, pour accompagner des états modifiés de conscience comme la transe, la relaxation profonde et également pour les soins énergétiques.

A chacun de voir et de faire son expérience !

 

 

Construire ou acheter son tambour ?

Construire ou acheter son tambour ?

C’est assez fréquemment que j’entends des personnes me demander s’il vaut mieux construire son tambour ou l’acheter…

Certains répondront que l’un est mieux et d’autres te diront tout l’inverse et du coup ça ne t’aide pas vraiment.

Pour ma part, j’aime les 2 possibilités dans leurs différences..

Alors si ça peut t’aider un peu je t’ai fait une liste des avantages et des inconvénients de chacune d’elles selon mon point de vue. Et la liste n’est pas exhaustive bien-sûr…

Bonne lecture et bonne réflexion !!!

Auto-construction de son tambour :

Les avantages :

Initiatique avec haute valeur symbolique et spirituelle – Plus ou moins importante selon les objectifs et intentions des personnes
Pour certains.es peut être vécu comme un véritable accouchement !
Connexion avec la peau crue pouvant donner le sentiment d’être plus intimement relié à l’animal voire à la nature en général
Il est unique !
Auto-satisfaction, appropriation et lien d’amour fort avec le tambour

Les inconvénients :

Peur de ne pas réussir ; de ne pas savoir faire ou de ne pas se sentir « à la hauteur »
Risque de ne pas être pleinement satisfait du résultat, voire déçu.e car le tambour imaginé ou idéal correspondra rarement à la réalité une fois construit
Le son peut être très différent de ce qu’on aurait souhaité

Un tambour tout fait :

Les avantages :

Toute la place est laissée au choix !!!
Tu peux avoir un vrai coup de cœur et une intense émotion en le voyant – Je dis toujours que je construis un tambour pour une personne et que les deux finissent toujours par se rencontrer
Il a un son et une esthétique qui te plaisent et il est unique !
Il a été fabriqué par une artisane qui a mis tout son cœur et ses « compétences » à l’ouvrage, c’est rassurant
Un lien fort d’amour s’installe avec son tambour plus ou moins instantanément selon les personnes

Les inconvénients :

Je n’en vois pas !

Comment tendre ou détendre la peau d’un tambour ?

Encore des questions qui reviennent très souvent :

-Mon tambour est tout détendu, ou il ne fait pas le même son, comment retendre la peau de mon tambour ?

-Comment détendre la peau quand il fait très chaud ?

Voici des réponses en images, ci-dessous, qui concernent les tambours que je fabrique et qui seront utiles à toute personne ayant construit son propre tambour avec moi.

A propos des peaux

A propos des peaux

 

Bien souvent la question suivante revient : Est-ce que les animaux sont tués exprès pour leur peaux ?

La réponse est NON ! Les peaux que je récupère et achète proviennent de chasseurs et d’éleveurs en Dordogne.

Ils s’intéressent à la viande et non aux peaux. Si j’apprenais qu’un éleveur tue des animaux pour en faire un commerce de peaux je refuserais de les acheter chez lui, c’est aussi simple que cela.

En quoi mon travail des peaux est-il particulier ?

Je vais chercher moi-même mes peaux * et je les sélectionne selon le résultat recherché.

Puis je les tanne de façon naturelle et écologique (je n’utilise aucun produit chimique).  Je fais tout moi-même, à la main. C’est un travail qui se fait essentiellement durant la période hivernale et il est préférable de travailler dans un espace ouvert à cause des odeurs fortes. C’est un travail physique et rude qui nécessite à la fois un peu de force et beaucoup de délicatesse. D’aucuns le considèrent comme un travail assez ingrat, mais j’ai décidé de continuer à travailler à la main et sans produits susceptibles d’endommager l’environnement.

A titre d’exemple, je peux dire que je retire les poils grâce à un mélange d’eau et de cendre de bois, puis je rince mes peaux à l’eau de pluie.

Et puis je travaille dans un état particulier, de gratitude notamment. Quelquefois des chants viennent, d’autres fois c’est le silence… C’est très varié, mais le respect et la connexion à l’animal est toujours présente à chaque étape du traitement des peaux.

*A des fins de totale transparence, j’ajoute qu’Il peut m’arriver d’acheter quelques peaux toutes prêtes, provenant de France, afin de proposer quelques tambours aux tarifs plus bas, mais je le fais rarement et cela représente moins de 1% de ma production.

 

Qu’est-ce qu’un tambour chamanique ?

Qu’est-ce qu’un tambour chamanique ?

C’est un objet de la famille des tambours à main, composé d’une peau d’animal tendue à l’aide de liens ou de clous sur un cadre en bois de forme ronde, ovoïde ou polygonale. On obtient le son en frappant la peau à l’aide d’une mailloche constituée elle-même d’un manche en bois et d’une tête en tissus ou en cuir.

Depuis quelques années on nomme un tambour à main « tambour chamanique » pour le distinguer de tout autre type d’instrument à percussions notamment du djembé et surtout pour mettre en avant une utilisation rituellique possible.

Finalement à quoi ça sert et à qui ?

Pour certains il s’agit d’un instrument de musique pour jouer seul ou en groupe.

Pour d’autres il s’agit d’un outil pour accompagner des soins énergétiques.

Pour d’autres encore il s’agit d’un instrument rituellique permettant d’induire et d’accompagner des états modifiés de conscience, ou pour pratiquer une médecine spirituelle.

Tout le monde n’est pas chaman par contre tout le monde peut utiliser un tambour chamanique.

C’est un instrument instinctif qui ne nécessite aucune connaissance spécifique en musique, ce qui le rend accessible à tous.

Il y a les amoureux du tambour qui se sentent simplement appelés par l’instrument et évidemment les personnes sensibles au son et à la vibration, comme les musiciens.

Cependant la majorité des personnes qui m’achètent des tambours sont des thérapeutes (musicothérapeutes, coachs, hypno thérapeutes, thérapeutes en soins énergétiques, sono thérapeutes, psychologues, psychiatres etc…). Il y a aussi beaucoup de médiums, de chamans et d’apprentis chamans…

Comment choisir la peau de son tambour chamanique ?

Comment choisir la peau de son tambour chamanique ?

Beaucoup de gens me disent ne pas avoir de ressenti, ou l’intuition suffisante pour savoir à quel animal se connecter… De plus, vouloir acquérir un tambour chamanique nécessite quelquefois de devoir choisir entre différentes peaux, ce qui peut même conduire à devoir lâcher des croyances…     
Comment choisir la peau alors ?

 

Voici ma méthode perso que je partage, c’est une proposition parmi des tas d’autres j’imagine, mais le plus important est que cela résonne en toi…

– Demande directement à l’esprit des animaux de te répondre pour savoir de quel animal dont tu as besoin en ce moment pour ton évolution spirituelle, émotionnelle et physique !

– Pour se brancher, je propose une reliance en douceur dans le corps et l’esprit :

Exemples : Par la méditation ; une balade en forêt ; en soirée ou en journée, surtout où la tranquillité physique et mentale sont présentes !

Bien sûr d’autres façons aussi existent et sont à écouter en soi !

Il y a aussi nos attitudes à observer, par exemple le refus : certaines personnes aiment les chevaux mais ne supportent pas l’idée qu’ils puissent passer par un abattoir, et se refusent à choisir sa peau à cause de cela… Et pourtant ils ont un bien un lien avec cet animal…

Il y a aussi tout simplement l’élan spontané, qui est souvent celui du cœur et le plus juste : sans réfléchir tu vas vers tel ou tel animal…

Et le fameux choix au hasard qui fait si bien les choses !!… Bref…

– Ensuite, tu fais ta demande aux esprits des animaux en les nommant (esprit de la biche, de l’âne par exemple), en leur demandant de se manifester dans le corps, dans tes rêves et dans ton quotidien pendant un certain temps (3 ou 4 jours, une semaine, bref le temps que tu sentiras).

– Puis, en restant connecté.e et pendant le laps de temps tu as fixé, tu restes attentif.ve et tu t’ouvres à tous les signes (registre sensoriel principalement : le  visuel, auditif etc.) mais aussi aux sens subtils tels que l’intuition, l’inspiration, la clairvoyance, clairaudience, clairsentience etc.

Et peut-être entendras-tu intérieurement le brame du cerf, verras chez un commerçant une affiche ou une publicité avec des animaux, dans tes rêves tu ressentiras la présence du Bison, ou un guide spirituel t’inspirera le Cheval ou te montrera une belle Biche… !

Et lorsque tu auras 2 ou 3 signes, peut-être sera t-il bon de commencer à entendre le message !

 
Comment choisir la taille de son tambour ?

Comment choisir la taille de son tambour ?

Beaucoup de gens me demandent comment choisir la taille de leur premier tambour.

Si c’est aussi ton cas, et hormis la question du budget dont tu disposes, voici un début de réponse pour t’aider.

Bien qu’il n’y ait pas de règle (en tout cas je n’en connais pas), la taille d’un tambour peut se choisir selon :

Le type de sonorité que l’on recherche :

En principe plus le diamètre du tambour est grand, plus le son est grave et profond.

Le diamètre de 40 cm est un bon début et un choix « standard » au niveau sonore dirons-nous.

Tu peux s’orienter vers un 45 cm ou 50 cm, qui restent de bons compromis entre sonorité et poids…

Pour les sons les plus graves on s’orientera vers des 60 cm et au-delà (comme les gros tambours sur pieds par exemple)…

Il faut juste savoir que les 50 cm et 60 cm sont un tout petit peu plus lourds que les standards (les 40 et 45 cm),

mais cela reste très relatif car dans l’ensemble je fabrique des tambours légers.

Ses propres mensurations :

Bien que cela reste une question assez arbitraire il est plus confortable d’avoir un tambour adapté à sa taille et à la

longueur de ses bras, de façon à se sentir à l’aise en le tenant.

Le coup de cœur !

Evidemment ! Il restera le critère le plus puissant car rien ne lui résiste !

0
    0
    Votre panier